Les municipales en 5 questions | Bloody Mairie

Posté le 6 mars 2014 par Baptiste Piroja – Pattarone

Les municipales en 5 questions

 

À un mois du scrutin, l’impopularité record de François Hollande, la politique du gouvernement sous les feux des critiques, les divisions à droite ou la montée du Front National pèseront certainement dans la balance. Voici un tour d’horizon en 5 questions des enjeux des municipales.

1 – Un scrutin à enjeux locaux ou nationaux ? « Le contexte national ne peut pas ne pas se jouer », explique Fréderic Dabi à l’AFP, directeur général adjoint de l’IFOP. Les mauvais chiffres du chômage ou de la reprise de la croissance en France ne seront pas neutres dans le choix du bulletin de vote. Des analyses à nuancer avec un récent sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD au début de l’année : 64% des Français voteront en fonction de considérations locales.

2 – Doit-on s’attendre à un vote-sanction ? Les résultats des précédentes élections locales semblent aller à l’encontre du parti au pouvoir de l’époque. Prenons deux exemples. Il y’a 6 ans, Sarkozy avait essuyé un revers avec une nette victoire de la gauche qui avait empoché 58% des 269 villes de plus de 30 000 habitants. De la même manière, 2 ans après l’élection de François Mitterand, la gauche avait perdu des dizaines de villes en 1983.

3 – La droite va-t-elle en profiter ? Pas vraiment si l’on en croit les ténors de l’UMP. La vague bleue annoncée par Jean-François Copé il y a quelques mois s’est essoufflée. Dans les rangs du parti d’opposition, l’état d’esprit est davantage à la prudence. Plus encore, certaines grandes villes telles Aix-en-Provence, Avignon, Bayonne et même Marseille pourraient basculer à gauche, comme le rapporte France TV Info.

4 – Qu’attendre du Front National ? C’est un chiffre record qui a fait beaucoup parler de lui au mois de février. Plus d’un tiers des Français (34%) affirment adhérer aux idées du Front, révèle la TNS Sofres. Une adhésion que Marine Le Pen entend bien convertir dans les urnes pour les municipales. Son parti sera présent en principe dans plus de 750 villes de plus de 1.000 habitants, rapporte l’AFP. On vise ainsi au sein du Front National une « dizaine de villes » telles la très médiatique Hénin-Beaumont ou encore Miramas, Istres et Carpentras.

5 – L’abstention grande gagnante ? Un électeur sur deux environ (52%) s’engage à aller voter au 1er tour le 23 mars selon un sondage CSA. Si ces estimations se confirment dans les urnes, la participation serait nettement inférieure à celle de 2008 (66,5%) comme le signale l’AFP. Dans le sillage de la défiance à l’égard des politiques, les Français pourraient bien s’illustrer par une abstention massive. Yves-Marie Cann du CSA souligne par ailleurs que l’électorat de gauche serait le moins concerné par ce vote, seuls 57% se préparant à accomplir leur devoir électoral, contre 64% à droite.

BaptistePiroja

Parution sur le site des municipales 2014 : Bloody Mairie