C

ette formation est une réponse à un double constat : la révolution numérique d’une part et le souhait renouvelé des rédactions de diversifier leurs  recrutements. L’idée est de favoriser l’innovation dans le domaine de l’information par une plus grande représentativité socio-culturelle. Il s’agit donc de donner accès aux métiers du journalisme à des étudiants venus d’horizons différents. L’autre objectif est de s’appuyer sur la culture web d’une génération qui sera, grâce à une formation complémentaire en multimédia, capable d’inventer les devenirs du journalisme.

Sociologie renouvelée, acquisition d’une expérience professionnelle par l’alternance, déploiement des technologies numériques et du multimédia permettent tout à la fois de répondre à la demande croissante des étudiants pour les métiers du journalisme et au souci de repositionnement des professionnels de l’information.

Aussi, dès 2011, l’UCP (université de Cergy Pontoise) a souhaité répondre à ces enjeux en créant pour les étudiants en sciences sociales, une préparation aux concours des écoles de journalisme complétée par un stage de découverte dans les rédactions. Les étudiants ont pu alors, affiner leur choix professionnel, différencier ce qui relève de la communication et ce qui relève de journalisme, identifier leur faiblesse et y remedier en partant par exemple à l’étranger par le dispositif Eramus afin d’améliorer leur pratique d’une langue étrangère.

La création du master de journalisme vient très logiquement s’inscrire dans cette démarche et la conforter à travers un enseignement ouvert sur des réalités professionnelles.