Jean-Claude lescure

DIRECTEUR

Cette formation est une réponse à un double constat : la révolution numérique d’une part et le souhait renouvelé des rédactions de diversifier leurs  recrutements. L’idée est de favoriser l’innovation dans le domaine de l’information par une plus grande représentativité socio-culturelle. Il s’agit donc de donner accès aux métiers du journalisme à des étudiants venus d’horizons différents. L’autre objectif est de s’appuyer sur la culture web d’une génération qui sera, grâce à une formation complémentaire en multimédia, capable d’inventer les devenirs du journalisme.

Sociologie renouvelée, acquisition d’une expérience professionnelle par l’alternance, déploiement des technologies numériques et du multimédia permettent tout à la fois de répondre à la demande croissante des étudiants pour les métiers du journalisme et au souci de repositionnement des professionnels de l’information.

 

« Un double constat »

Aussi, dès 2011, l’UCP (université de Cergy Pontoise) a souhaité répondre à ces enjeux en créant pour les étudiants en sciences sociales, une préparation aux concours des écoles de journalisme complétée par un stage de découverte dans les rédactions. Les étudiants ont pu alors, affiner leur choix professionnel, différencier ce qui relève de la communication et ce qui relève de journalisme, identifier leur faiblesse et y remedier en partant par exemple à l’étranger par le dispositif Eramus afin d’améliorer leur pratique d’une langue étrangère.

La création du master de journalisme vient très logiquement s’inscrire dans cette démarche et la conforter à travers un enseignement ouvert sur des réalités professionnelles.

Le master journalisme CYU Université Site de Gennevilliers

une formation professionnalisante

L’ école de journalisme de Gennevilliers dispense une formation universitaire aux métiers du journalisme et des médias. De niveau master, elle se pratique en alternance (stages, apprentissages, contrats de professionnalisation) et est rattachée à l’université de Cergy-Pontoise. Première école de journalisme implantée en banlieue, elle nourrit l’ambition d’œuvrer à la diversification de cette profession.

L’école propose une formation professionnalisante tournée vers la maîtrise de compétences variées sur différents supports (télévision, radio, presse écrite, web). Elle s’appuie pour ce faire sur un environnement technique et culturel performant (studios radio et télé, salles informatiques, bancs de montage, logiciels professionnels). Elle accorde une large place aux journalistes qui interviennent tant pour les cours que lors de nos master class. Des enseignants-chercheurs encadrent les étudiants, leur permettant d’acquérir une bonne connaissance du secteur des médias et une solide culture générale (droit, économie, vie politique, histoire et anglais sont également au programme).

Délivrant une formation professionnelle de qualité dans un environnement en pleine transformation, le master est profondément ancré dans le numérique. Pour les étudiants, l’enjeu est double. Il s’agit d’abord d’acquérir une culture du numérique leur permettant d’appréhender les bouleversements à l’œuvre dans la profession. Il s’agit également pour eux de disposer d’un ensemble de compétences qu’ils pourront réinvestir dans les rédactions :

  • formation au code informatique et au design de sites web (initiation aux différents langages, architecture de sites et web design) ;
  • formation aux méthodes et  aux outils de l’enquête en ligne (études de liens, analyse de réseaux et cartographie du web) ;
  • formation au data journalisme (exploration, analyse et visualisation de bases de données)
  • initiation au Search Engine Optimization (amélioration du référencement des contenus) et au community management (animer et fidéliser une communauté de lecteurs).

Lors de la formation, les étudiants sont amenés à produire articles et reportages, aussi bien au format papier (lien vers les productions papier des étudiants), radio (idem radio), télé (idem tv) ou web (idem web). Ils s’investissent dans différents projets où ils s’initient au travail de groupe. La formation est ponctuée de nombreux stages et phases d’apprentissage pour coller au plus près de la réalité du monde professionnel. Enfin, les effectifs sont réduits afin de garantir un bon niveau d’encadrement et une ambiance de travail à la fois exigeante et chaleureuse.

Focus

QUELQUES CHIFFRES

  • % de journalistes sur le nombre de diplômés 60% 60%
  • Journalistes indépendants sur total journalistes 20% 20%

CY Paris – Universite

Cergy Paris Université

Cergy Paris Université a été créée en 1991. elle est composée de 10 sites. Son offre de formation est dense, elle compte 22 laboratoires de recherche dont 9 associés au CNRS.

Par romain badouard

La recherche

Lors de leurs études dans le master de journalisme de l’UCP, les étudiants sont sensibilisés à la recherche en sciences sociales. Dans le cadre des cours « Connaissance du web » et « Médias et controverses » par exemple, leur sont présentées des enquêtes sur les usages du numérique, l’analyse des médias et de leur influence, le pluralisme de l’information sur internet. Ils sont incités à participer à des séminaires et à réaliser des interviews de chercheurs et de chercheuses. Si les enquêtes sociologiques et journalistiques n’ont pas les mêmes temporalités ni les mêmes méthodes, il n’en demeure pas moins que leurs approches peuvent parfois se croiser, notamment sur la pratique de l’entretien ou l’analyse de bases de données. Du « journalisme de précision » dans les années 1970 au « journalisme de données » aujourd’hui, ces croisements ont toujours existé. Certains étudiants décident ainsi, après leur cursus, de poursuivre en doctorat, à l’UCP ou ailleurs, le plus souvent dans l’analyse des médias, l’étude de l’évolution des pratiques journalistiques ou des usages du numérique.

Romain Badouard est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris II Panthéon-Assas.

Procedure d’admission