Journaliste doctorant

Abdulhamid ABUQUBAITA

Diplôme de master en poche et après ? Tous les nouveaux diplômé.es sont confronté.es à cette question.

La plupart d’entre eux, après un minimum de cinq ans d’études supérieures aspirent à entrer dans la vie active.  Certains, cependant, décident de continuer leurs études et de s’orienter vers un domaine académique ou envisagent de faire une thèse doctorale.

C’est le cas d’Abdulhamid ABUQUBAITA, diplômé en 2019, journaliste au sein de la rédaction arabophone de France 24, et doctorant au sein de CARISM, (Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire sur les Médias) à l’université de Paris II Panthéon-Assas. Il prépare une thèse doctorale en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Madame Valérie DEVILLARD, Professeure 1ère classe et directrice de L’IFP (institut français de presse) d’Assas.

Dans sa thèse intitulée « le fact-checking : une soupape de sécurité face au flot de fausses informations », Abdulhamid cherche à comprendre l’impact de l’expansion des fake news sur le web, et comment les médias français ont développé leurs propres outils pour lutte contre cette diffusion.

A la question pouvez-vous nous expliquer comment vous avez débuté votre chemin vers le doctorat ? Abdulhamid ABUQUBAITA répond :

« Dès la deuxième année de master, je me suis préparé au doctorat, en cherchant dans le domaine des sciences de l’information et de la communication (SIC) les sujets susceptibles de m’intéresser. J’ai également consulté mes professeurs à l’université, Mr. Jean-Claude LESCURE, professeur des universités et responsable du master de journalisme et Mr. Romain BADOUARD, maitre de conférences en SIC, qui m’ont alors proposé des sujets variés, et parmi eux celui qui est devenu mon sujet de thèse ».