Début novembre, les habitants de Fontenay-sous-Bois ont eu l’occasion de découvrir une nouvelle aire de street workout rue Aimé et Eugénie Cotton. Une bénédiction pour les fontenaysiens qui peuvent se défouler sur les barres parallèles en extérieur, alors même que les salles de sport sont fermées.

L’ancien terre-plein situé devant la maternelle Paul Langevin, dans le quartier des Larris, a subi un lifting 2.0. Au revoir le terrain de basketball et bienvenue à la nouvelle structure de street workout. Hasard du calendrier ou bien leçon retenue du premier confinement, la mairie de Fontenay-sous-Bois a décidé de donner l’opportunité à toutes et à tous de faire du sport en extérieur lors de ce reconfinement.

« Un peu de sport pour tout le monde »

Ce lieu d’entraînement comprend tout l’attirail nécessaire pour garder la forme, des barres parallèles aux agrès. Une véritable aubaine pour les habitants qui voient leur quartier se redynamiser pendant cette période oppressante. Toutes les générations se retrouvent pour faire de la musculation, de la boxe ou encore courir autour du terrain de 12 x 12 m2.

Texas, qui habite le quartier, a suivi avec attention ce changement d’environnement et utilise autant que possible les nouvelles structures disponibles. « Si vous venez ici à 17h, vous allez péter les plombs. Hier, je suis venu, il y avait des petits qui devaient avoir 8-9 ans, ils avaient des gants de boxe et ici, c’était leur ring et tout le monde faisait du sport », remarque-t-il.

« Les parents font un peu de condition physique avec leur enfant, ça fait du bien. Un peu de sport pour tout le monde, c’est bien », ajoute-t-il. Même constat pour cette personne âgée qui nous a confiée vouloir s’adonner à cette pratique. « Depuis qu’ils ont installé cet espace, c’est beaucoup plus animé dans le secteur, j’ai très envie d’essayer, mais je préfère attendre qu’il y ait moins de monde. », souligne-t-elle.

Les gestes barrières ne sont pas délaissés

Bien que les sportifs qui se retrouvent là-bas soient nombreux, les gestes barrières ne sont pas laissés de côté. Gel hydroalcoolique, serviettes pour nettoyer les barres, ils font en sorte de limiter au maximum les contacts. « À chaque fois que je vois les gens venir ici, ils nettoient toujours les machines avant de les utiliser », précise Texas.

D’autres, comme Alexandre, préfèrent venir lorsque l’installation est libre. « J’ai la chance d’habiter juste à côté, donc si je vois qu’il y a trop de monde, je rentre chez moi », déclare-t-il. Un avis que partage Sacha, qui privilégie les séances en petit comité : « Je viens généralement en semaine ou le week-end vers 13h30-14h et il n’y a pas beaucoup de personnes. Habituellement je suis tout seul ou bien avec 2 ou 3 personnes maximum ».

La mairie ne compte pas s’arrêter là

« Entre les city-stades et les aires de jeux, la ville disposait déjà de nombreux équipements, mais souhaitait compléter leur offre avec des espaces de street workout », a expliqué Mélanie Roger, responsable du service Espaces verts à la mairie.

La mission est accomplie selon elle, « J’ai surtout eu des retours des jeunes et des moins jeunes qui sont vraiment satisfaits de cette aire de Paul Langevin. », affirme-t-elle. Avant d’ajouter, « On nous dit qu’il faut toujours faire du sport, donc il faut donner les moyens aux personnes d’en faire ».

Ce nouvel espace vient s’ajouter à celui situé du côté du city-stade du quartier de la Redoute d’une surface de 5 x 10 m2. La mairie a d’ores et déjà prévu d’en installer un troisième au niveau de Bois-Cadet pour une potentielle ouverture en décembre, si la situation sanitaire le permet.

Auteur/Autrice

  • Salut ! Moi c'est Timothé, je viens d'une formation axée sur le journalisme à Paris 8 avec une licence info/com, puis une lpro techniques journalistiques pour les nouveaux médias. Ayant eu la chance de produire des reportages, articles ou encore podcasts à l'université, je n'ai pas de support de communication préféré. Le tennis, biathlon et football me prennent une bonne partie de mon temps libre (assis devant l'écran), tout comme la lecture, qu'il s'agisse de romans ou d'articles, notamment les petites pépites journalistiques de Laurent Vergne sur Eurosport.